Lors du dernier séminaire d'Adenfi, Lars-Eric Heimbürger est intervenu en tant qu’expert afin de partager ses travaux de recherche dans les domaines de la biologie marine, des polluants qui nécessitent une vigilance particulière et, à plus grande échelle, le dérèglement climatique. Basé au laboratoire du Mediterranean Institute of Oceanography (MIO), Lars conduit en particulier des études sur la présence de méthylmercure (la forme la plus toxique du mercure) dans l'environnement marin, études qui l'ont emmené à réaliser des campagnes de mesure au Pôle Nord.
Le constat est sans appel : il y a aujourd’hui urgence climatique et, les énergies carbonées, en plus d'être largement décriées quant à leur impact sur le dérèglement climatique, nous empoisonnent au travers de notre alimentation (les énergies fossiles, lors de leur combustion, libèrent du carbone mais également divers polluants tels que le mercure) sans que l'on s'en aperçoive.
La transition énergétique doit s’accélérer.
#climate #impactpositif #green #sealife #mercure #scientist #scientifique #marinebiology #interview